Nos dimanches

Vivement que ta tête sur mon coeur respire

Et nos dimanches empruntent leur air de retrouvaille

Peu importe le passé

Ce que hurlent les vents

Le manque s’est arrêté sous la bise de l’enfant.

Carole Hersent

Publicités